Vous êtes ici

Après un premier album passé relativement inaperçu, c’est le mini The Dawn qui révèle Erik Truffaz au grand public. Son style évoque souvent celui de Miles Davis, et à ce titre on le qualifie souvent d’épigone de ce dernier. Cependant la musique d’Erik Truffaz est un métissage des genres. S’appuyant sur une rythmique drum & bass, les morceaux oscillent entre la sonorité feutrée de la trompette de Truffaz et le rap anglophone du chanteur Nya invité sur l’album. L’album suivant, Bending new corners, confirme le succès de la formule. The walk of the giant turtle montre une orientation plus rock, avec notamment un rôle plus important laissé à la basse électrique nerveuse de Marcello Giuliani et à la puissance du touché de Marc Erbetta. Sa popularité et sa reconnaissance sont concrétisées par un album électro, Erik Truffaz revisité sorti en 2001, sur lequel on retrouve plusieurs des titres de ses précédents albums repris par différents artistes.