Vous êtes ici

On sait très peu de chose de ce jeune Autrichien, sauf qu’ il a quitté sa campagne pour aller vivre à Vienne avant de s’installer à Berlin. Les chansons de Florian Horwath sont visiblement composées à l’ancienne, avec un corps, avec une âme, on l’imagine bien dans sa chambre berlinoise, autour d’un feu de camp imaginaire. On sait quand même qu’il s’est envolé ensuite vers la Suède pour les  enregistrer avec quelques amis dont Peter von Poehl à la production ­ ex-guitariste de Bertrand Burgalat Le résultat est un pur jus analogique dont l’étrangeté peut rappeler les meilleurs moments de  Mercury Rev ou de Belle and Sebastian mais aussi faire songer à des classiques comme Cat Stevens.