Vous êtes ici

Une scène surchargée, plus de trente instruments de toutes sortes, une salle assise. Les Ogres virevoltent d'un instrument à l'autre. Accordéons, guitares, piano, flûte traversière et violons passent de main en main. Les airs maintenant connus du public s'enchaînent, laissant la place de temps à autre à de nouveaux arrangements. Comme une histoire qu'on raconte, l'intrigue progresse et la scène se dénude. A la fin de ce tourbillon de chanson et de poésie, seuls restent les Ogres, le public, la musique et quatre instruments. Les Ogres de Barback, véritable référence en matière de chanson réaliste, démontrent une fois de plus toute l'étendue de leur talent et de leur imagination.