Vous êtes ici

Louise Emö s’empare, de la question de la qualité d’écoute en passant par le prisme du rapport sensible au langage, toujours son personnage principal, en mettant en jeu les concepts liés à la santé du son dans des situations de fiction courante. Elle tente d’opérer ainsi un déplacement de leur caractère technique pour en extraire leur sève poétique et pratique. La forme, hybride quoique sobre, présentée pour l’occasion, laisse place à l’improvisation chantée [semifreestyle] et musicale [accompagnement jazz].