ERNEST PIGNON-ERNEST - EMPREINTES

Infos Pratiques

Horaires:

Du mercredi au Dimanche - 12:00-20:00

Tarifs:

5,50 € : prix plein

4,50 € : seniors, étudiants, groupes, enseignants, JAP

3,50 € : Bota’carte, groupes scolaires, demandeurs d’emploi

2 € : Muzex (à l’achat d’un ticket de concert du jour + 2 € = ticket combiné muzex)

Il est possible d’acheter les tickets au préalable.

Gratuit :   les dimanches pour les habitants de Saint-Josse-ten-Noode sur présentation de la carte ID

               pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés de leurs parents.

 

Ateliers pédagogiques :

Groupe scolaire : 6 € / enfant

Atelier WE + visite guidée : groupe de 10 personnes min : 100 €

Réservation obligatoire : 02/226.12.18

 

Visites guidées :

Le Botanique propose des visites guidées :

Groupes jeunes (-26 ans) : 55 € + droit d’entrée à l’exposition par personne.

Groupes adultes : 65 € + droit d’entrée à l’exposition par personne.

Réservation indispensable au 02/226.12.18

Muzex

A l'achat de votre ticket de concert + 2€, l'accès aux expositions vous est offert le soir même du concert.

Vous êtes ici

ERNEST PIGNON-ERNEST - EMPREINTES

Jeudi 13.12.18 - Dimanche 10.02.19
Museum

Vernissage public le mercredi 12 décembre à partir de 18h.

 

Depuis 1966, Ernest Pignon-Ernest crée des images éphémères sur les murs des grandes villes, qui se font l'écho des événements qui s'y sont déroulés. Il est un des initiateurs, avec Daniel Buren et Gérard Zlotykamien, de l'art urbain en France. Sensible aux injustices, il traite des thèmes comme l'avortement (Tours, Nice, Paris, 1975), les expulsés (Paris, 1979) et le sida (Soweto, 2002).

Ses représentations humaines grandeurs nature sont réalisées au fusain, à la pierre noire et à l’aide de gommes crantées de différentes épaisseurs. Ce qui façonne les ombres. Ernest Pignon-Ernest les reproduits en sérigraphie et les colle sur les murs des villes, tout autour du monde. « Si je les faisais plus grands ou plus petits, ça serait comme des dessins exposés dans la rue. Là, l’idée c’est qu’ils s’inscrivent dans la rue, qu’ils en fassent partie, en inscrivant dans le lieu le signe humain », dit-il. Si ces œuvres sont éphémères, vouées à disparaître avec l’usure du temps, Ernest Pignon-Ernest en garde tous les croquis et travaux préparatoires, ainsi que les photographies de ses œuvres in situ. C’est ce qui constitue aujourd’hui une immense base d’archives, dont une majeure partie sera exposée au Botanique.

Plus d'informations sur les activités autour de l'exposition arriveront prochainement.