MICHAEL MATTHYS - LE LONG FLEUVE TRANQUILLE

Infos Pratiques

Horaires:

Du mercredi au dimanche - 12:00 - 20:00

Tarifs:

Entrée gratuite

Muzex

A l'achat de votre ticket de concert + 2€, l'accès aux expositions vous est offert le soir même du concert.

Vous êtes ici

MICHAEL MATTHYS - LE LONG FLEUVE TRANQUILLE

Jeudi 13.12.18 - Dimanche 27.01.19
Galerie

Vernissage public le mercredi 12 décembre à partir de 18h.

Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Tournai en 1997, Michael Matthys vit et travaille à Charleroi. Il enseigne la bande dessinée, le dessin anatomique, la gravure ou encore la lithographie. À sa maitrise des techniques traditionnelles se rajoutent dans son œuvre des matériaux plus singuliers. Le sang de bœuf se mêle au charbon pour brosser le portrait de sa ville natale et d’une galerie de personnages dans ses deux dernières séries exposées au Botanique du 13 décembre au 27 janvier 2019.

« Les Nez Rouges », tout d’abord, portraits d’anonymes en maison de repos se retrouvant afin de jouer aux cartes. Affublées d’un nez rouges, ils font un pied de nez à la mort. En une série de traits rapides, Matthys parvient à saisir la vie et l’atmosphère du lieu : « «J’ai attendu un moment avec eux à écouter leur récit à propos de la fête de l’année dernière, et des gens, d’autres joueurs qui sont déjà partis faire la fête, et aussi, le voyage qu’ils organisent en Espagne avec ceux qui restent encore, explique l’artiste. Ensuite, je les ai regardés jouer encore pour gagner, toujours pour gagner !»

Il reprend ensuite ce même sujet pour produire  « Déjà mort ! ». Ces portraits flous mais puissants, où la peinture se mêle au sang, à la terre et au charbon de Charleroi, parviennent à capturer le mouvement tout en évoquant la transformation de la chair en os.  De ceux-ci, l’artiste nous décrit « un écho lointain, on ne sait pas s’ils sont en vie ou déjà morts, mais ils continuent à danser quoi qu’il arrive. Quelque part, on est tous déjà morts… »

Exposé pour la première fois au Botanique, l’œuvre de Michael Matthys ne cesse de fasciner, en invitant le visiteur à la réflexion sur la mortalité humaine.