Gilbert Fastenaekens - In Silence

MUSEUM
Jeudi 05.02.15 - Dimanche 29.03.15

Le Botanique est heureux de mettre à l’honneur le parcours de l’un de nos plus grands photographes contemporains à travers la première exposition rétrospective de son travail.

Depuis sa série Nocturnes qui l’a propulsé sur la scène artistique au début des années 1980, Gilbert Fastenaekens développe un regard à la fois radical et poétique en photographie.

Avec les premières Nocturnes, série de lieux urbains photographiés de nuit, Gilbert Fastenaekens jette les bases d’une esthétique qui fonde aujourd’hui encore sa singularité. A mi-chemin entre photographie documentaire et artistique, il conjugue un vocabulaire formel dépouillé et une sensibilité presque romantique. Proche des pionniers de la photographie topographique, parmi lesquels on compte Robert Adams, Gilbert Fastenaekens développe un travail en profondeur sur la ville et, plus largement, sur le territoire et ses mutations.

Le traitement analytique et quasi sculptural des lieux qu’il capture, notamment pour la mission française de la Datar et plus tard pour la série intitulée Site I et II, laisse cependant la part belle à l’étrange et au mystère. Aussi, sous une apparente neutralité, les ruines industrielles de Lorraine ou les friches et murs aveugles de Bruxelles, en noir et blanc ou en couleurs, révèlent un caractère théâtral, voire dramatique.

Avec Noces, qu’il réalise entre 1988 et 1995, la figuration du paysage cède le pas à une dimension intérieure et introspective. La forêt de Vauclair, hantée par les épisodes meurtriers de la première guerre mondiale, devient pendant sept années consécutives le décor d’une expérience sensorielle et intime qu’il traduit à travers de fascinants tirages en noir et blanc.

Parmi ses travaux plus récents, on retrouve notamment Correspondance, entamé en 2007 et envisagé comme un work in progress. Gilbert Fastenaekens y reconduit des prises de vue conformes à celles d’anciennes cartes postales de Bruxelles et questionne à travers les évidentes métamorphoses du tissu urbain, les notions de temporalité et de nostalgie.

L’exposition propose de parcourir neuf de ses principaux ensembles créés par l’artiste à ce jour, à travers tirages, installations, éditions et vidéos parmi lesquelles celle de 2011, Libre de ce monde, où les individus filmés s’abandonnent au fou rire.

Commissariat de l’exposition : Danielle Leenaerts.

Gilbert Fastenaekens (1955), est professeur à l’ERG, à Bruxelles. Largement exposé depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui en Belgique et à l’étranger, son travail se poursuit dans le domaine de l’édition et a fait l’objet de nombreuses publications. Il est également présent dans plusieurs collections dont le Frac Lorraine, Le Centre National des Arts Plastiques à Paris et le Fomu à Anvers. Gilbert Fastenaekens est représenté par la Galerie Les Filles du Calvaire, à Paris. 

Découvrez en plus sur cette exposition grâce à l'interview de Gilbert Fastenaekens réalisée par AZZA: