OTHER THINGS VISIBLE - MICHEL MAZZONI

PUBLICATION À L'OCCASION DE L'EXPOSITION OTHER THINGS VISIBLE


Other Things Visible


Michel Mazzoni

Texte de Christine Jamart

MER. Paper Kunsthalle
ISBN 978 90 8931 993 7

Prix public 39€

Prix presse 31.20€

 

 

Pointes de présent et nappes de passé (1)

Inscrite de plain-pied dans le tournant des années 2000 dont elle interroge, dès l’entame, l’inflation et la désubstantialisation du tout à l’image, la pratique photographique de Michel Mazzoni est une fabrique de l’image ou plutôt une fabrique à penser l’image. Une image qui la déborde et la décloisonne de multiples manières, de son installation in situ à son déploiement éditorial. Une image comme artefact culturel en sa capacité à nous relier au monde dans un sentiment partagé de présent perpétuel et de temps circulaire. Une image comme réalité matérielle poussée en ses ultimes retranchements, basée sur la phénoménologie de sa perception et, partant, sur sa qualité intrinsèque d’énigme.

Other Things Visible procède, à l’instar des corpus d’images photographiques qui l’ont précédé, d’une logique sérielle mais disruptive et, en son installation ou en sa version livresque, d’une logique de montage quasi cinématographique qui donne la primauté à ce qui se joue et circule entre les images. Numériques ou analogiques, le plus souvent cadrées de près, celles-ci font l’objet de manipulations à la source (d’ordre lumineux, chimique ou optique sur le négatif) ou en post-traitement (scans, impressions, trames, inversions) afin de les dégrader, de les soustraire aux informations par trop indicielles et de leur conférer une nouvelle qualité d’accroche. L’image-fragment, réfractaire à la saisie, agit ici dans un effet retard, un déplacement et une distance qui lui permettent de s’accomplir dans le temps de sa réception différée. Le retard devient ainsi une forme de résistance à l’immédiateté et au prêt à consommer. Le regard s’écorche à l’image qui tente paradoxalement de s’y dérober tout en le relançant dans le champ de sa propre iconicité contrariée et, en hors-champ, dans sa mise en collision ou en écho avec d’autres.

[…] l’espace éditorial est pensé et pratiqué par Mazzoni tel un véritable espace d’exposition dont il rejoue toutefois le display et la lecture. Les qualités intrinsèques de l’objet éditorial, variations de papier, de grammage et d’impression au sein d’une unité de format et de conception graphique, concourent au même titre que l’installation in situ à créer avec une rare justesse les conditions d’apparition d’une mise en narration elliptique. […] 

(1)   Gilles Deleuze, L’Image-temps, éditions de Minuit, 1985

 

 

Extraits du texte de Christine Jamart, in Michel Mazzoni, Other Things Visible, MER. Paper Kunsthalle, Gand, 2019